Site officiel de"Vallée de la Cisse" : étudier de manière pluridisciplinaire les questions culturelles et diffuser les résultats des recherches par divers moyens sur nos 18 communes fédérées de la Vallée Averdon - Chambon-sur-Cisse - Chouzy-sur-Cisse - Coulanges - La-Chapelle-Vendômoise - Fossé - Landes-le-Gaulois - Marolles - Mesland - Molineuf - Monteaux - Onzain - Orchaise - St-Bohaire - St-Lubin-en-Vergonnois - St-Sulpice-de-Pommeray - Seillac - Veuves
vallee.de.la.cisse@gmail.com

D’après le journal OUEST FRANCE

Plouédern, notre Petit Collègue Breton

Ses tranchées se valorisent, par un chantier international

par Alain Gauthier

CELA NOUS CONCERNE !

« Nous souhaitons relier tous les sites du territoire qui ont un lien avec la Première Guerre mondiale, pour créer un tourisme de mémoire, explique Andrée Le Gall-Sanquer, de Dourdon. Cela peut paraître un peu incongru dans le secteur, aussi loin du front, mais la guerre a eu un tel impact que nous trouvons important de valoriser ces sites. »

Associations, élus et jeunes de tout horizon s’allient pour nettoyer et reconstituer les tranchées de la Première Guerre mondiale, au bois de Kergoat. L’objectif : créer un tourisme de mémoire.

Mercredi matin, ça causait français, allemand et polonais dans le bois de Kergoat. Ce joli brassage linguistique va durer une dizaine de jours, à l’occasion du chantier de nettoyage des tranchées de la guerre 14-18, auquel vingt-deux jeunes de 16 à 19 ans participent (huit Allemands, huit Polonais et six Français).

Les associations Dourdon et Valoriser les patrimoines militaires (VPM) ont rapidement vu l’intérêt et l’urgence de préserver et remettre en état la parcelle de 300 m linéaires, qui servait de lieu d’entraînement aux garnisons de Landerneau, il y a près d’un siècle.

« Peu de sites de cette importance ont été mis au jour sur le sol national ! », souligne Bernard Goalec, maire de Plouédern. Ce projet multiculturel, également porté par l’association quimpéroise Gwennili, la Maison pour tous de Landerneau et la mairie de Plouédern, est d’autant plus important à un moment où il n’existe plus de témoins vivants de la Première Guerre mondiale.

Reconstitution d’une véritable tranchée

« L’objectif est d’éviter que ces vestiges ne disparaissent et de retrouver le niveau d’origine des tranchées. Il va falloir enlever la végétation parasite et pourquoi pas porter une attention particulière aux petits objets de l’époque qui pourraient être retrouvés ! Par ailleurs, nous avons choisi de laisser une partie des tranchées en l’état, comme témoin archéologique », explique Jean-Yves Besselièvre, président de VPM.

Les jeunes engagés dans le projet ont des motivations variées : les Polonais Klaudia et Kacper veulent donner un sens à leurs vacances et trouvent important de faire partie de l’Histoire ; Anna, de Hünfeld en Allemagne, est venue pour le bain linguistique et faire la connaissance de personnes de différentes cultures ; Alex, Rennaise, trouvait intrigant ce chantier de tranchées, dans un petit coin du Finistère. Leur séjour sera ponctué de visites diverses et de jeux favorisant la découverte interculturelle.

Le travail des jeunes sera complété, dans les mois à venir, par la reconstitution d’une véritable tranchée sur quatre à cinq mètres (sacs de sable, fagots et rondins de bois, etc.). À terme, le site remarquable de Kergoat sera doté de panneaux informatifs pour sensibiliser le public et fera partie d’un circuit de mémoire, créé sur le territoire de Landerneau-Daoulas.

(vu par 6 visiteurs)

info portfolio

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0