Site officiel de"Vallée de la Cisse" : étudier de manière pluridisciplinaire les questions culturelles et diffuser les résultats des recherches par divers moyens sur nos 18 communes fédérées de la Vallée Averdon - Chambon-sur-Cisse - Chouzy-sur-Cisse - Coulanges - La-Chapelle-Vendômoise - Fossé - Landes-le-Gaulois - Marolles - Mesland - Molineuf - Monteaux - Onzain - Orchaise - St-Bohaire - St-Lubin-en-Vergonnois - St-Sulpice-de-Pommeray - Seillac - Veuves
vallee.de.la.cisse@gmail.com

Pourquoi avoir choisi cet endroit ?

par Alain Gauthier

Ci-contre : en lisière face à la plaine

Le contexte local

Après avoir consulté deux manuels d’infanterie à l’usage des sous officiers et caporaux de 1902 et 1916, on constate autant par le texte que par les gravures que ces facultés de faire la guerre, non abordées par le premier sont abondement illustrées par le second.
Les nouvelles recrues à partir des classes 1914 (fin d’année) et 1915, ainsi que les ajournés n’avaient pas reçu l’instruction militaire. Ils la recevront donc dans les locaux et les installations du 113ème et du 313ème son régiment de réserve qui sont vides en dehors d’un échelon destiné à ces besoins et de soldats du 39ème territorial constitué des anciens et des affectés spéciaux non encore partis au front.
Il faut donc trouver un terrain particulier pour leur inculquer des rudiments de cette guerre de position qu’ils découvriront rapidement.
Nous pensons qu’il fallait qu’il réponde à plusieurs exigences :
N’être pas trop loin, mais suffisamment pour représenter les marches d’approche. Il faut donc mettre quelques kilomètres entre la caserne représentant « l’arrière » et la zone de combat.
Il faut un terrain qui soit facilement transformable et sain, pour ne pas éreinter des recrues non préparées au horreur du champ de bataille (Les zones de combats fin 1914 début 15 sont situées dans des forêts comme l’Argonne, ….... ou des bois qui serviront souvent de couvert au début du conflit).
Une zone en bordure de lisière doit être privilégiée pour simuler les abris du couvert.
Blois étant au centre d’un domaine forestier, il suffit de choisir. Mais nous savons qu’au sud de la Loire, l’argile est beaucoup plus proche de la surface et il existe ce lieu-dit Les Sablonnières à l’Ouest. Il est sûr que les gardes domaniaux qui connaissent leurs « triages » auront été mis à contribution. La nature du terrain et sa ressemblance avec les lieux de combats ont du être déterminants.

Comment s’organise la mise à disposition ?

Je ne peux répondre à cette question, les archives consultées sont muettes sur ce point et tout ce qui a trait au choix précis du lieu.
Le cheminement de troupes venant de Blois, considéré comme l’ »arrière » il semble que la lisière ouest de la forêt était bien placée. On avait besoin de bois de mine pour soutenir les travaux et couvrir les abris, : il fallait donc une coupe d’environ 40 ans.
Il y avait la parcelle 34 située sur Chambon qui avait été exploitée en 1860 : elle était idéale :
Face à une plaine limitée par un chemin de Rin (ou rain) permettant l’accès et le développement d’un « plastron »
Un terrain facile à creuser (sable)
Une déclivité parfaite : on arrivait de Blois par un talweg abrité et l’on montait vers « le front »
Une allée ouvrant le terrain en V et permettant plusieurs accès à la zone d’instruction.
Quatre anciennes sablières formant une sorte de crête.
Une allée d’exploitation, qui allait devenir pour les autochtones « l ’allée des soldats  » pouvait servir de lieu d’observation pour les instructeurs.

Pour toutes ces raisons les autorités militaires ont choisi cet endroit pour y implanter un terrain d’entraînement bien particulier.

Le rain : n. m. XIIe s. Latin ramus = branche d’arbre. Rain ou raim, même sens en ancien français, fut supplanté par branche au XVIe s. Synonyme : branche.
Rin. Variante : Rhin n. m. Variante : Ren, Rin. Gaulois reno = source, cours d’eau ; rhin = ruisseau. Ou variante de rain, latin ramus = branche d’arbre.

Plastron : troupe figurant l’ennemi

(vu par 325 visiteurs)

info portfolio

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0