Site officiel de"Vallée de la Cisse" : étudier de manière pluridisciplinaire les questions culturelles et diffuser les résultats des recherches par divers moyens sur nos 18 communes fédérées de la Vallée Averdon - Chambon-sur-Cisse - Chouzy-sur-Cisse - Coulanges - La-Chapelle-Vendômoise - Fossé - Landes-le-Gaulois - Marolles - Mesland - Molineuf - Monteaux - Onzain - Orchaise - St-Bohaire - St-Lubin-en-Vergonnois - St-Sulpice-de-Pommeray - Seillac - Veuves
vallee.de.la.cisse@gmail.com
Accueil > A PROPOS DE : > Chambon-sur-Cisse > A propos d’une visite "privée" en Vallée de la Cisse

A propos d’une visite "privée" en Vallée de la Cisse

Billet d’humour de NR 41

par Alain Gauthier

Le " billet " de la page 2 de la Nouvelle République (41) du 29 octobre 2016 a retenu mon attention comme voisin du susdit et pour son humour bien placé !

Vendre la mèche pour un ex-coiffeur, c’est le comble ?

Je voudrais replacer l’affaire dans un contexte "historique" !

Les habitants des lieux n’ont pas eu besoin de « confidences » , et surtout qu’on leur raconte des sornettes comme ils ont l’habitude d’en entendre du personnel politique !

Que les Chambognots n’aient pas souhaité divulguer une visite qui se voulait « historique » de la part de l’hôte, c’est somme toute, normal.

En effet nous sommes ici sur les « Voies de Blois » où depuis au minimum le XIème siècle et jusqu’au milieu du XIXème passaient des personnages de tous genres et des plus éminents à commencer par les Comtes de Blois qui y avaient une résidence et une « Héronnière » qui permettait d’alimenter leur table d’un mets recherché à cette époque.

Les vins de Chambon ont été sur la table des rois de France pendant des siècles et Louis XII lors de ses « récréations » devait arriver par là, pour visiter le chantier de son financier Florimond Robertet à Bury (depuis 1511), un des plus beaux bastiments de France 1.

François 1er qui ne pouvait encore emprunter l’allée cavalière de Bury, a dû faire voir son carrosse et ses chevaux aux habitants du lieu qui n’avaient à cette époque pas à se cloîtrer chez eux lors de son passage.

Donc nos citoyens ont été depuis toujours habitués à ces visites, y compris dans la deuxième moitié du XIXème siècle, quand le directeur du Figaro Moderne, Henri de Villemessant venait revoir les lieux de son enfance et la maison du régisseur de sa grand-mère en invitant les célébrités du moment 2.

Et puis sans doute pour la dernière période, n’était-il pas nécessaire de parler de ce passage près du chemin des «  Coterelles  » qui nous signale pour ce lieu-dit « un repaire de brigands, voleurs et autres pillards »3.

Pour finir, dès le jour même, les Chambognots « savaient », mais à leur habitude ils ont été discrets ! même les chèvres du secteur se sont détournées à la vue de cette invasion de « bleu ».

Notes :
1 Note Androuet du Cerceau vers 1580

2 Voir article dans le bulletin N° 21 année 2012 de Vallée de la Cisse

3 Dictionnaire Larousse de l’ancien français

(vu par 141 visiteurs)

info portfolio

NR 41 du 29 octobre 2016 : Billet de la page 2 Les "Hauts de Chambon depuis Bellevue de Chouzy
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0