Site officiel de"Vallée de la Cisse" : étudier de manière pluridisciplinaire les questions culturelles et diffuser les résultats des recherches par divers moyens sur nos 18 communes fédérées de la Vallée Averdon - Chambon-sur-Cisse - Chouzy-sur-Cisse - Coulanges - La-Chapelle-Vendômoise - Fossé - Landes-le-Gaulois - Marolles - Mesland - Molineuf - Monteaux - Onzain - Orchaise - St-Bohaire - St-Lubin-en-Vergonnois - St-Sulpice-de-Pommeray - Seillac - Veuves
vallee.de.la.cisse@gmail.com

8-Entrée primitive du réseau de tranchées

par Alain Gauthier

Toutes les versions de cet article : [Deutsch] [English] [français]

Sur le front, la troupe montant "en ligne" venait d’une position de repos à l’arrière.
Suffisamment loin pour être un peu à l’abri des coups directs de l’artillerie, c’était souvent les pauvres restes de villages situés à quelques kilomètres qui servaient à cet usage.
Ici on se situe environ à 8 kilomètres du dépôt du 113è RI (caserne Maurice de Saxe), ce qui fait que la marche d’approche est assez équivalente à ce que les futurs soldats vont connaître sur le "vrai front".

  • Il semble que les premiers travaux ait été constitués par la première ligne située à l’opposé. Puis vinrent les accès et les boyaux de progression pour permettre aux soldats de circuler à l’abri. C’est donc ici, sur le bord de l’Allée Anne de Bretagne, qu’a été constituée l’entrée du réseau. Vous pourrez observer que nous sommes dans une vallon : le Vauliboeuf et que l’on "monte au front" en se dirigeant vers l’ouest et la lisière de la forêt que l’on ne voit pas.
  • On a donc bien traduit à l’aide de cette implantation la réalité de l’accès de plus en plus dangereux en se rapprochant de la "première ligne".

(vu par 107 visiteurs)

info portfolio

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0