Site officiel de"Vallée de la Cisse" : étudier de manière pluridisciplinaire les questions culturelles et diffuser les résultats des recherches par divers moyens sur nos 18 communes fédérées de la Vallée Averdon - Chambon-sur-Cisse - Chouzy-sur-Cisse - Coulanges - La-Chapelle-Vendômoise - Fossé - Landes-le-Gaulois - Marolles - Mesland - Molineuf - Monteaux - Onzain - Orchaise - St-Bohaire - St-Lubin-en-Vergonnois - St-Sulpice-de-Pommeray - Seillac - Veuves
vallee.de.la.cisse@gmail.com
Accueil > Nos AMIS et PARTENAIRES > Les publications de nos amis > Cadeau de Chaumont au fil du temps

Pour évoquer le 11 novembre

Cadeau de Chaumont au fil du temps

Commémoration du 11 novembre 2020

par Alain Gauthier

Avec l’impossibilité de se réunir et commémorer dignement cet anniversaire de la fin de la guerre 1914-1918, nos amis de Chaumont ont fait un cadeau à leurs adhérents.
J’en fait part aux lecteurs de "Vallée de la Cisse.
Cette revue de poèmes écrits dans et autour de cette période noire de notre Histoire est à mettre au compte de notre amie Catherine

"Je ne reviendrai pas sur le déroulement de cette guerre de 1914-1919 que l’Association a largement
traitée entre 2014 et 2018 en essayant de voir toutes les facettes de ce conflit mondial. (Exposition,
exposés, travail avec l’école, chansons, films, lecture de lettres de Poilus de Chaumont...).
Mais je vais me servir de cette commémoration feutrée comme prétexte afin de parler de la guerre à
travers quelques poètes.
Mon propos d’aujourd’hui est de remettre en lumière pour quelques instants, le sacrifice imposé à une
génération, celle des classes 1914, 15 et suivantes ....pour que notre Pays, la Patrie, le Sol, notre Territoire
comme vous voudrez l’appeler, reste libre. Et que mes ancêtres, vos ancêtres, les Français, ceux qui
forment le Peuple retrouvent leur liberté.
Juste une évocation."

Voilà la contribution de « Chaumont sur Loire au fil du temps » à ces commémorations du 11 novembre.
Cela aurait pu être un tour d’horizon des écrivains comme Alain (Souvenirs de guerre), Maurice Genevoix
(Ceux de 14), Blaise Cendrars (La main coupée), Pierre Chaine (Les mémoires d’un rat), Henri Laporte
(Journal d’un poilu), René le Pivain (Récits, lettres et photos de guerre 1914-1918) pour des récits.
Pour les romans, Roland Dorgelès (Les Croix de bois), Jean Giono (Le Grand Troupeau),
Henri Barbusse (Le Feu), René Benjamin (Gaspard), Adrien Bertrand (L’appel du sol), Joseph Delteil
(Les Poilus), Gabriel Chevallier (La Peur), Georges Duhamel (Vie des martyrs), Jean Amila (Le boucher des
Hurlus) et bien d’autres plus ou moins illustres.
Mais aussi des auteurs étrangers qui relatent la guerre.
Finalement la souffrance, les déchirures et la mort étaient dans les deux camps. Récits ou romans...
Ernst Jünger (Orages d’acier), Vera Brittain (Testament of Youth), T.E. Lawrence (Seven Pillars of Wisdom),
Erich Maria Remarque (A l’Ouest, rien de nouveau), Ernest Hemingway (L’Adieu aux armes), Arnold Zweig
(Le Cas du sergent Grischa)...
Et puis les BD avec Jacques Tardi (Putain de guerre !), Patrice Ordas (Ambulance 13)....
Je vous ai reproduit des poèmes de Guillaume Apollinaire en « favori ».
C’est un personnage singulier qui s’engage à la guerre, qui est blessé et trépané et qui meurt, juste avant
l’armistice, le 9 novembre 1918.
Affaibli par sa blessure, il meurt chez lui, de la grippe espagnole...
Guillaume Albert Vladimir Alexandre Apollinaire de Kostrowitzky, dit Guillaume Apollinaire, est un poète et
écrivain français, critique et théoricien d’art qui serait né sujet polonais de l’Empire russe, le 26 août 1880
à Rome. Le 9 mars 1916, il obtient sa naturalisation française mais quelques jours plus tard, le 17 mars
1916, il est blessé à la tempe par un éclat d’obus. Il lisait alors le Mercure de France dans sa tranchée.
Évacué à Château-Thierry, il est transféré vers le Val de Grâce, à Paris. Il y est trépané le 10 mai 1916 puis
entame une longue convalescence au cours de laquelle il ne cesse d’écrire à Madeleine.
En mars 1917, il crée le terme de surréalisme qui apparaît dans une de ses lettres à Paul Dermée et dans le
programme du ballet Parade qu’il rédigea pour la représentation du 18 mai. Le 11 mai, il est déclaré
définitivement inapte à faire campagne aux armées par la commission médicale et reclassé dans un
service auxiliaire.
Le 19 juin 1917, il est rattaché au ministère de la guerre qui l’affecte à la Censure.
(Renseignements sur Wikipédia)
La poésie peut permettre de s’évader, de voir le monde à sa manière.
La littérature, au sens large, est une bouffée d’oxygène. Par ces temps troublés où on ne peut fréquenter
les bibliothèques ou acheter des livres, il me paraissait important de garder ce lien culturel.
Et pour revenir à Guillaume Apollinaire, il fait aussi un lien entre la littérature, la guerre et la pandémie
car lui, il fut victime de la plus grande grippe de tous les temps, la grippe espagnole. Suivant la guerre des
chiffres, elle a fait de 20, 50 voire 100 millions de morts dans le monde en 1918-19.
Le message d’espoir est que le monde affaibli par la guerre et cette pandémie a fini par se relever...
En attendant de pouvoir reprendre nos activités associatives, « Chaumont au fil du temps » vous souhaite
de passer de bons moments avec vos livres. Relectures, pages à feuilleter, images à redécouvrir.
Prenez soin de vous.
La secrétaire
Catherine LORIOT

(vu par 8 visiteurs)

info portfolio

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0