Site officiel de"Vallée de la Cisse" : étudier de manière pluridisciplinaire les questions culturelles et diffuser les résultats des recherches par divers moyens sur nos 18 communes fédérées de la Vallée Averdon - Chambon-sur-Cisse - Chouzy-sur-Cisse - Coulanges - La-Chapelle-Vendômoise - Fossé - Landes-le-Gaulois - Marolles - Mesland - Molineuf - Monteaux - Onzain - Orchaise - St-Bohaire - St-Lubin-en-Vergonnois - St-Sulpice-de-Pommeray - Seillac - Veuves
vallee.de.la.cisse@gmail.com

Du nouveau à Chambon-sur-Cisse : un cadeau

Photographiés devant les tranchées des Sablonnières !

Un document Historique d’avril 1916 qui n’a pas de prix !

par Alain Gauthier

La veille des Journées Européennes du Patrimoine et des visites annoncées des tranchées d’entraînement, un événement particulièrement important pour le site historique se déroula à Chambon-sur-Cisse.

Au dos d’une photographie de famille, Christiane Lhomme, née Leroy, déjà citée comme informatrice dans les recherches autour du site, retrouvait l’écriture de sa grand mère adressant une carte postale à son mari Armand, mobilisé, malade hospitalisé.

Voici une partie de ce texte :

Chambon le 14 avril 1916

Mon cher Armand

Je t’envoie ce petit souvenir, je ne sais si cela te fera plaisir, mais je le crois, nous nous sommes fait photographier dans les tranchées.Tu peux voir nous sommes à la porte d’une cabane. Je ne sais si tu va reconnaître la petite Rolande mais rien qu’à la ressemblance de son pauvre père. ...

Voici donc le second document historique qui qualifie le site.

Nous savions déjà que les habitants des fermes voisines étaient sollicités pour vendre, vin œufs, lait aux futurs "poilus", que les enfants venaient quémander du pain de guerre en guise de gâteaux, mais nos recherches dans la presse de l’époque n’avaient rien donné. Les habitants des "hauts de Chambon " avaient donc des contacts plus étroits dénués d’arrières pensées, avec ce secteur où venaient s’entraîner les jeunes "appelés". Alors que les instructions militaires parlaient toujours des fortifications, les gens ne se trompaient pas, ils les nommaient bien :

les tranchées

et on peut penser que c’était même un lieu de visite pour certains.

Mais que peut-on en dire sur la représentation de la guerre à l’arrière, si loin du front réel et pourtant présent : la petite Rolande est orpheline de son père et de deux de ses oncles à ce moment là !

Cette photographie, représentant la famille Leroy, la mère privée de son homme et ses trois enfants, tenant la petite fille qu’elle a en garde sur les genoux est une immense découverte pour nous les historiens protecteurs de ce site.

Elle nous pose beaucoup de questions sur " l’image " thème des Rendez-vous de cette année 2018.

MERCI de ta sagacité CHRISTIANE

(vu par 29 visiteurs)

P.-S.

Mais si le photographe venait ainsi, il a du prendre de nombreux clichés des soldats voulant adresser un souvenir à leur famille.

Un appel est lancé : retournez les photographies de vos ancêtres : un trésor historique y est peut-être caché ?

info portfolio

Ustencile rond dans les tranchées Famille Leroy devant des cabanes des tranchées des Sablonnières cabanes des tranchées
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0