Site officiel de"Vallée de la Cisse" : étudier de manière pluridisciplinaire les questions culturelles et diffuser les résultats des recherches par divers moyens sur nos 18 communes fédérées de la Vallée Averdon - Chambon-sur-Cisse - Chouzy-sur-Cisse - Coulanges - La-Chapelle-Vendômoise - Fossé - Landes-le-Gaulois - Marolles - Mesland - Molineuf - Monteaux - Onzain - Orchaise - St-Bohaire - St-Lubin-en-Vergonnois - St-Sulpice-de-Pommeray - Seillac - Veuves
vallee.de.la.cisse@gmail.com
Accueil > ACTIVITES 2014-2015 > Les tombes de Poilus, la responsabilité de la nation

La NR du 20 novembre 2014

Les tombes de Poilus, la responsabilité de la nation

La sépulture de Armand AUBERT Mort pour la France

par Alain Gauthier

La "Vallée de la Cisse" a, depuis 20 ans, beaucoup travaillé sur les Morts pour la France des 18 communes de notre association. Elle a mené l’enquête, animé les conférences et publié dans ses bulletins plus de 20 contributions sur le sujet.
Elle a donc acquis des connaissances qui lui permettent ainsi, d’avoir reçu le label du Centenaire pour le site national des "Sablonnières", en passe de devenir un monument historique.
Au titre du CDPA, j’ai eu à traiter de diverses communes comme Coulommiers la Tour, Saint Viâtre, La Ville aux Clercs.... et je viens de traiter de la commune de Villerable en association avec Pierre MARMION.
Je mène également, sur le sujet avec mon collègue, Gérard FOUCHARD, une étude la plus complète possible sur le canton de Morée, ses 2900 conscrits et ses quelques 450 Morts Pour la France (MPF).

Voir sur un journal, à travers l’article du 20-11-2014 une photographie de cette information communale "sépulture en état d’abandon" jouxtant une plaque d’un MPF est particulièrement choquant, car illégal.

En effet les tombes des militaires MPF sont placées, notamment depuis les lois de juillet et décembre 1915, "sous la protection de la Nation" qui a un devoir d’entretien puisqu’elles sont devenues du domaine public, national et/ou communal.

Il est vrai que les municipalités ont souvent oublié ces textes, voire oublié les soldats eux-même ! Il n’est pas rare de constater que des Morts pour la France sont relevés sans se poser de question (CF:Henri Perthuisot).

En cette période du Centenaire, nous avons tous notre part à assumer, et il ne serait pas vain de rappeler à nos édiles leurs responsabilités en la matière.

La tombe n’est pas une marchandise, et le discours, tenu par quelques-uns, de la place que prennent ces cénotaphes dans nos cimetières, sur les futures concessions, n’est pas recevable.

Je dois ici rappeler que les morts (souvent des suites de blessures, dans des hôpitaux de l’arrière) enterrés avant le début 1916, l’on été dans des sépultures achetées par les familles, et même les transports ont été financés par elles. Il serait particulièrement indigne que les communes se servent de la notion de non entretien pour les relever. Je le rappelle, ces places sont du domaine public ! Et leur entretien est à la charge de la collectivité ! Le Souvenir Français est là pour vous aider à faire respecter cette législation qui atténue, un peu, les effets de ce conflit dévastateur.

Pour en finir et résumer, la notion "d’état d’abandon" est donc illégale et peux être attaquée au tribunal administratif pour décision abusive.

(vu par 249 visiteurs)

info portfolio

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0